Enfermés dans une école d’art !

Enfermés dans une école d’art !

Cher lecteurs,

ici Christophe Fernandez, fondateur de l’école Argo VFX.

J’ai parfois rencontré des étudiants talentueux qui se plaignaient de l’école dans laquelle ils se trouvaient. Je leur ai demandé à chaque fois pourquoi ils n’en changeaient pas. La réponse était souvent la suivante : «mes parents disent que si j’ai commencé là, je dois finir».

Quelle drôle d’idée. Si au restaurant on vous sert un plat immangeable, faut-il le finir ? Je ne pousse pas plus loin l’analogie mais il arrive parfois que la mentalité de l’école de corresponde pas à celle de l’étudiant (ou inversement). Pourquoi s’entêter ? L’étudiant va fatalement se démotiver et rendre des travaux de plus en plus mauvais. Il va peut être croire qu’il «est nul», ou qu’il «n’a rien à faire dans une école d’art». J’en ai vu certains faire de grosses déprimes et même abandonner les cours, et l’année est souvent payée d’avance.

Certains rejettent parfois complètement l’école et propagent alors une mauvaise atmosphère dans leur classe.

Chez Argo VFX nous avons un système d’admissions parallèles qui permet d’entrer en deuxième ou troisième année directement après examen du portfolio de l’étudiant et une série d’entretiens. Ce système n’entrera pas en vigueur avant 2022 pour les deuxièmes années et 2023 pour les troisièmes années. Et je ne cache pas que l’on sera supers exigeants. Mais peu importe. Si on ne se sent pas bien dans une école mais que l’on veut vraiment continuer dans cette voie, on peut changer d’établissement.

Laisser un commentaire